À propos de l’aide donnée à quelqu’un pour se faire rembourser auprès d’une assurance | Le site officiel du Cheikh Mohamed Ali FERKOUS
Skip to Content
Mardi 21 Dhou El-Hijjah 1441 H - 11 août 2020 G

Fatwa n° 121

Catégorie : Fatwas relatives aux transactions financières

À propos de l’aide donnée à quelqu’un
pour se faire rembourser auprès d’une assurance 

Question :

J’ai vendu une voiture à une personne. Cette dernière l’a revendue à son tour à une autre personne. Ses papiers officiels sont toujours inscrits en mon nom personnel. Allâh – Le Glorieux – a voulu que le dernier possesseur de cette voiture meure dans un accident [de route]. Sa famille a présenté un dossier pour un dédommagement auprès d’une compagnie d’assurances, laquelle l’a informée que je suis la seule personne qui peut toucher cet argent. Puis-je aider cette famille dans cette action, sachant que cet argent peut dépasser le montant [total] des cotisations avec lesquelles on a assuré cette voiture auparavant ?

 

Réponse :

Louange à Allâh, Maître des Mondes ; et paix et salut sur celui qu’Allâh a envoyé comme miséricorde pour le monde entier, ainsi que sur sa Famille, ses Compagnons et ses Frères jusqu’au Jour de la Résurrection. Cela dit :          

S’il s’avère impossible que le tuteur de ce défunt touche la Diyya (le prix du sang) de la part de l’auteur du meurtre – commis par erreur, suite à l’accident de voiture – ni aussi de la part de l’État dont la couverture des frais n’est garantie que par l’Assurance, il me semble qu’il est permis d’aider cette famille pour recouvrir cet argent, car l’argent des assurances est d’ordre public, soustrait d’une façon injuste et arbitraire. L’argent public doit être versé au Bayt Al-Mâl (Maison des biens des musulmans) pour qu’il soit dépensé dans ses destinations. Et ce cas constitue bel et bien l’une de ses destinations.

Le savoir parfait appartient à Allah, et notre dernière invocation est qu’Allah, Seigneur de l’univers, soit loué et que prière et salut soient sur notre Prophète, ainsi que sur sa Famille, ses Compagnons et ses Frères jusqu’au Jour de la Résurrection.

 

Alger, le 29 d’Al-Mouharram 1427 H,
correspondant au 28 février 2006 G.