Le jugement concernant le fait de donner de l’argent | Le site officiel du Cheikh Mohamed Ali FERKOUS
Skip to Content
Mardi 15 Rabî` Eth-Thânî 1442 H - 01 décembre 2020 G

Fatwa n° : 150

Catégorie : Fatwas relatives au pèlerinage

Le jugement concernant le fait de donner de l’argent

pour l’acquisition d’un visa pour le hadj

Question :

- Quel est le jugement porté sur le fait de donner une somme d’argent afin d’obtenir un visa pour le hadj ; surtout que certaines agences de voyages l’exigent ?

- Aussi, est-il permis de payer la somme d’argent qu’on nous impose pour accéder aux lieux sacrés d’El-Hidjâz afin d’accomplir les pratiques rituelles du hadj ?

Réponse :

Louange à Allah, Maître des Mondes; et paix et salut sur celui qu’Allah a envoyé en miséricorde pour le monde entier, ainsi que sur sa Famille, ses Compagnons et ses Frères jusqu’au Jour de la Résurrection. Ceci dit :

Si les autorités concernées imposent une somme d’argent sous forme d’impôts et de taxes pour donner un visa ou un permis en vue d’accomplir les pratiques rituelles du hadj, et la personne religieusement responsable ne peut faire cette adoration qu’en donnant cet argent ; il lui est alors permis de le donner, sauf que la personne qui supporte le péché est celle qui prend l’argent et non pas celle qui le donne. Car, l’argent qui est acquis de cette façon est illicite même avec le consentement du propriétaire; suivant la règle qui annonce : « En principe, il est interdit de prendre l’argent d’autrui », ainsi que la règle : « Il n’est pas permis à une personne de prendre l’argent d’une autre sans une raison agréée par la charia ». Allah dit :

﴿يَا أَيُّهَا الذِينَ آمَنُوا لاَ تَأْكَلُوا أَمْوَالَكُم بَيْنَكُم بِالبَاطِلِ إِلاَّ أَن تَكُونَ تِجَارَةً عَن تَرَاضٍ مِّنكُمْ﴾ [النساء:29].

Ô les croyants ! Que les uns d’entre vous ne mangent pas les biens des autres illégalement. Mais qu’il y ait du négoce (légal), entre vous, par consentement mutuel﴿ [En-Nissâ' (Les Femmes): 29].

À ce sujet, plusieurs textes coraniques et prophétiques sont rapportés, interdisant de prendre l’argent du musulman, que ce soit par injustice, usurpation ou pillage ou autres ; sauf avec son consentement et son accord.

Par ailleurs, la personne ne doit pas laisser l’accomplissement du hadj en prenant prétexte de ces impôts et ces taxes imposés. Car, en réalité, ce n’est guère une excuse qui empêche d’accomplir les pratiques rituelles (du hadj) si elle en est capable. De plus, elle n’encourra aucun péché si elle n’admet pas ces taxes et ces impôts.

Du reste, la réponse à la deuxième question est la même qu’à la première, du moment que les deux questions ont un sens proche.

Le savoir parfait appartient à Allah سبحانه وتعالى, et notre dernière invocation est qu’Allah, Seigneur des Mondes, soit Loué et que prière et salut soient sur notre Prophète, ainsi que sur sa Famille, ses Compagnons et ses Frères jusqu’au Jour de la Résurrection.

 

Alger, le 6 Dhou El-Qa`dah 1425 H,

correspondant au 18 décembre 2004 G