De la validité d’entretenir un bâtiment comme moyen pour dépenser les intérêts usuraires | Le site officiel du Cheikh Mohamed Ali FERKOUS
Skip to Content
Lundi 25 Joumâdâ El-'Oûlâ 1441 H - 20 janvier 2020 G

Fatwa n° 224

Catégorie : Fatwas relatives aux transactions financières – L’emprunt et le change  

De la validité d’entretenir un bâtiment
comme moyen pour dépenser les intérêts usuraires
 

Question :

Est-il permis d dépenser l’argent des intérêts usuraires au profit du bâtiment où j’habite, comme par exemple : l’entretien du bâtiment ou l’achat des ampoules ou le payement de la facture d’électricité spécifique au bâtiment ?

Réponse :

Louange à Allâh, Maître des Mondes ; et paix et salut sur celui qu’Allâh a envoyé comme miséricorde pour le monde entier, ainsi que sur sa Famille, ses Compagnons et ses Frères jusqu’au Jour de la Résurrection. Cela dit :          

Les intérêts usuraires doivent être dépensés, préalablement, dans les affaires publiques et au profit des musulmans pour qu’ils puissent en bénéficier d’une façon globale.

Il faut savoir que ces intérêts usuraires ne sont pas la propriété de la banque, ni du commerçant, ni du déposant. Il est obligatoire de les verser dans Bayt Al-Mâl (Maison des biens des musulmans) ou dans le Trésor public de l’État s’il est possible. Sinon cet argent doit être dépensé dans les mêmes services subventionnés par le Trésor de l’État, comme les orphelinats, les maisons de retraite, le repavage des trottoirs ou l’assainissement des eaux souillées et le forage des puits, et autres que cela.

Si cela s’avère impossible pour lui, cet argent doit être donné aux pauvres et aux nécessiteux. Il est interdit de se servir de cet argent dans les affaires du bâtiment, car cela est du ressort de ses habitants. Raison pour laquelle il devient incorrect de le dépenser spécifiquement pour ce bâtiment sans tenir compte des autres [bâtiments].

Le savoir parfait appartient à Allâh, et notre dernière invocation est qu'Allah, Seigneur des Mondes, soit loué et que prière et salut soient sur notre Prophète, ainsi que sur sa Famille, ses Compagnons et ses Frères jusqu'au Jour de la Résurrection. 

Alger, le 7 de Rabî‘ Ath-Thânî 1427 H,
correspondant au 6 mai 2006 G.