Le jugement relatif à At-Takbîr collectif les jours de l’Aïd | Le site officiel du Cheikh Mohamed Ali FERKOUS
Skip to Content
Mardi 15 Rabî` Eth-Thânî 1442 H - 01 décembre 2020 G

Fatwa n° 880
Catégorie :
Fatwas relatives à la prière – l’Aïd

Le jugement relatif à At-Takbîr
collectif les jours de l’Aïd

Question :

Quel est le jugement relatif à At-Takbîr(1) collectif et d’une seule voix le jour de l’Aïd et les jours d’At-Tachrîq(2) ? Qu’Allâh vous récompense abondamment !

Réponse :
Louange à Allâh, Maître des Mondes ; et paix et salut sur celui qu’Allâh a envoyé en miséricorde pour le monde entier, ainsi que sur sa Famille, ses Compagnons et ses Frères jusqu’au Jour de la Rétribution.
Cela dit :

Rien n’a été rapporté du Prophète صلَّى الله عليه وسلَّم ni de ses Compagnons رضي الله عنهم indiquant qu’At-Takbîr collectif et d’une seule voix est religieusement légiféré. Au contraire, toute invocation, l’accomplir d’une manière collective et d’une seule voix n’est point permis religieusement, qu’elle soit At-Tahlîl(3)  ou At-Tasbîh(4)  ou At-Tahmîd(5) ou At-Talbiya(6) ou une prière (formule invocatoire), qu’il soit légiféré d'élever la voix ou non. De ce fait, seule l’invocation individuelle a été légiférée à haute ou à basse voix, sans que cela soit lié à autrui. Il a été rapporté qu’il y avait parmi les Compagnons du Prophète صلَّى الله عليه وسلَّم – lors du pèlerinage de l’Adieu –ceux qui faisaient At-Takbîr, d’autres At-Tahlîl et d’autres encore At-Talbiya(7), et «En principe, tout acte adoration ne peut être accompli sans preuve [de la Charia], et il n’est point permis d’adorer Allâh que par ce qu’Il a légiféré». Il est connu, aussi, que le fait de se regrouper [pour réciter un texte religieux] d’une seule voix fait partie des cultes d’adoration des chrétiens, durant la lecture de l’Evangile dans leurs églises, alors que cela n’est point connu dans notre religion. Concernant ce qui a été rapporté authentiquement de certains prédécesseurs tels Ibn ‘Oumar et Aboû Hourayraرضي الله عنهم qui «sortaient au marché durant les dix premiers jours [du mois de Dhou-L-Hidjdja] en prononçant At-Takbîr, et les gens faisaient comme eux»(8) et que l’imam arrive à son tour. Quand ce dernier se présente [pour entreprendre la prière], ils se taisent, et lorsqu’il récite At-Takbîr ils en font de même(10)

Il n’y a aucun doute que, après At-Takbîr de l’imam, la personne [qui prie en groupe] ne s’associe pas aux autres gens qui prient avec lui, ni dans Takbîrat Al-Ihrâm(12) ni dans At-Takbîr après lequel on change de posture lors de la prière. C’est pour cela qu’il faut suivre le Prophète صلَّى الله عليه وسلَّم et adopter sa Sounna et celle des Califes bien guidés ainsi que ses Compagnons agréés qui ont suivi sa voie et imité sa façon de faire les invocations et les prières (formules invocatoires). Le mal, tout le mal, est de contrarier (sa Sounna) et d’innover [quoi que ce soit] dans sa religion. Le Prophète صلَّى الله عليه وسلَّم dit : «Quiconque innove dans notre [religion] ce qui n’y est pas relatif, son fait [lui] sera rejeté.»(13)

Il a dit également : «Prenez garde aux innovations [dans la religion]. Toute innovation est une hérésie et toute hérésie est égarement.»(14). Allâh عزّ وجلّ dit :

﴿فَلْيَحْذَرِ الَّذِينَ يُخَالِفُونَ عَنْ أَمْرِهِ أَنْ تُصِيبَهُمْ فِتْنَةٌ أَوْ يُصِيبَهُمْ عَذَابٌ أَلِيمٌ [النور: 63].

Sens du verset :
Que ceux, donc, qui s’opposent à Son commandement prennent garde qu’une épreuve ne les atteigne, ou que ne les atteigne un châtiment douloureux. ﴿ [s. An-Nour (la Lumière) : v. 63]

Le savoir parfait appartient à Allâh سبحانه وتعالى, et notre dernière invocation est qu’Allâh, Seigneur des Mondes, soit Loué et que prière et salut soient sur notre Prophète, ainsi que sur sa Famille, ses Compagnons et ses Frères jusqu’au Jour de la Rétribution.

 

Alger, le 26 de Rabî‘ Al-Awwal 1429 H,
correspondant au 3 avril 2008 G.

 


(1) At-Takbîr est le fait de proclamer la grandeur d’Allâh عز وجلّ. Ses formules diffèrent selon le cas. At-Takbîr commence ainsi : «Allâhou Akbar». (NDT).

(2) Les jours d’At-Tachrîq sont : le 11, le 12 et le 13 du mois de Dhoû-L-Hidjdja (12ème mois de l’année hégirienne). (NDT).

(3) At-Tahlîl est le fait de dire : Lâ Ilâha Illâ Allâh. (NDT).

(4) At-Tasbîh est le fait de dire : Soubhâne Allâh. (NDT).

(5) At-Talbiya est le fait de dire : Labbayka Allâhoumma Labbayk. (NDT).

(6) At- Tahmîd est le fait de dire : Al-Hamdou Li Allâh. (NDT).

(7) Rapporté par : Al-Boukhârî (970) et Mouslim (1285), d’après Anes رضي الله عنه.

(8) Rapporté par Al-Boukhârî (1/329) de façon Mou‘allaq et jugé sahîh (authentique) par Al-Albânî dans Al-Irwâ’ (651).

(9) Mousalâ : un lieu vaste et spacieux sans construction, hors de la ville, où est accomplie la prière de l’Aïd. (NDT).

(10) Rapporté par Ibn Abî Chayba dans Al-Mousannaf (5629) et jugé authentique par Al-Albânî dans Al-Irwâ’ (3/121).

(11) Rapporté par : Al-Boukhârî (734) et Mouslim (417), d’après Aboû Hourayra رضي الله عنه sans le dernier ajout qui a été cité par Aboû Dâwoûd (604) et An-Naâ’î (921) et Ibn Mâdjah (846) ; jugé sahîh (authentique) par Al-Albânî dans Sahîh Al-Djâmi` (2358) et cité dans un autre hadith rapporté par Mouslim, chapitre de « La prière » (404), d’après  Ab Moûşâ رضي الله عنه.

(12)  La formule «Allâhou Akbar» que l’on prononce pour commencer la prière. (NDT).

(13) Rapporté par : Al-Boukhârî (2697) et Mouslim (1718), d’après ‘Â’icha رضي الله عنها.

(14) Rapporté par : Aboû Dâwoûd (4607) et Ibn Mâdjah (42), d’après Al-‘Irbâd ibn Sâriyaرضي الله عنه  ; jugé sahîh (authentique) par Al-Albânî dans As-Silsila As-Sahîha (2735).