Du jugement de faire des services à un bureau d’avocat | Le site officiel du Cheikh Mohamed Ali FERKOUS
Skip to Content
Mardi 10 Rabî` El-'Awwal 1442 H - 27 octobre 2020 G

Fatwa n° 322

Catégorie : Fatwas relatives aux transactions financières – La location

Du jugement de faire des services à un bureau d’avocat

Question :

Un homme dont la profession est soudeur demande de savoir quel est le jugement religieux concernant le fait de fabriquer des treillis métalliques pour une femme issue de sa famille et qui travaille comme avocate. Ce treillis est censé être utilisé dans le bureau où elle travaille. Cette femme refuse qu’un autre que lui puisse accomplir cette tâche. Sachant que cet homme travaille avec un associé dans l’atelier ; ce dernier insiste à fournir ce service à l’avocate. Est-il permis d’accomplir ce travail ? qu’Allâh vous récompense de la meilleure manière.

Réponse :

Louange à Allâh, Maître des Mondes ; et paix et salut sur celui qu’Allâh a envoyé comme miséricorde pour le monde entier, ainsi que sur sa Famille, ses Compagnons et ses Frères jusqu’au Jour de la Résurrection. Cela dit :          

Sache que le jugement relatif à l’avocat du point de vue de la légalité du mandat d’opposition diffère selon ses plaidoiries judiciaires – et ce sans tenir compte de sa personnalité ; si la Législation islamique constitue la source de ses plaidoiries, cela est en principe une mise en application des jugements émis par la Religion d’Allâh عزّ وجلّ. Ses efforts seront ainsi jugés selon le type de défense qu’il prend en charge, soit pour établir la vérité ou pour concrétiser le faux et ses adeptes ; et infirmer la vérité et ses adeptes.

Or, si les législations profanes constituent la source de ses plaidoiries, ces dernières sont alors considérées comme une soumission à une législation autre que celle d’Allâh. Cela est une association (Chirk) dans la gouvernance, vu la Parole d’Allâh عزّ وجلّ :

﴿وَلَا يُشْرِكُ فِي حُكْمِهِ أَحَداً﴾[الكهف: 26]

Sens du verset :

Il n’associe personne à Son commandement.﴿[s. Al-Kahf (la Caverne) : v. 26]

En effet, l’entraide [dans cette action] est soumise à la précédente différenciation, dans l’accomplissement et dans l’inaccomplissement, vu la Parole d’Allâh عزّ وجلّ :

﴿وَتَعَاوَنُواْ عَلَى الْبرِّ وَالتَّقْوَى وَلاَ تَعَاوَنُواْ عَلَى الإِثْمِ وَالْعُدْوَانِ وَاتَّقُواْ اللّهَ إِنَّ اللّهَ شَدِيدُ الْعِقَابِ ﴾[المائدة: 2]

Sens du verset :

Entraidez-vous dans l’accomplissement des bonnes œuvres et de la piété et ne vous entraidez pas dans le péché et la transgression. Et craignez Allâh, car Allâh est, certes, dur en punition !﴿[s. Al-Mâ’ida (la Table Servie) : v. 2]

Le savoir parfait appartient à Allâh, et notre dernière invocation est qu’Allâh, Seigneur des Mondes, soit loué et que prière et salut soient sur notre Prophète, ainsi que sur sa Famille, ses Compagnons et ses Frères jusqu’au Jour de la Résurrection.

 

Alger, le 3 de Ramadân 1426 H,
correspondant au 6 octobre 2005 G.