Du fait qu’un homme épouse une femme divorcée sans que ses parents ne soient (mis) au courant de son divorce | Le site officiel du Cheikh Mohamed Ali FERKOUS
Skip to Content
Jeudi 7 Safar 1442 H - 24 septembre 2020 G



Fatwa n° 496

Catégorie : Fatwas relatives à la Famille - L'acte de mariage - L'établissement d'un acte de mariage

Du fait qu’un homme épouse une femme
divorcée sans que ses parents ne soient (mis)
au courant de son divorce

Question :

J’ai une sœur divorcée et qui a un enfant. Un homme moins âgé qu’elle l’a demandée en mariage. Le problème est que ce prétendant ne veut pas informer ses parents sur son divorce et son âge, car ils s’y opposeront s’ils le savent. Dois-je informer ses parents ? Le contrat est-il valable alors qu’ils ne sont pas au courant de la vérité ?

 

Réponse :

Louange à Allâh, Maître des Mondes ; et paix et salut sur celui qu’Allâh عزّ وجلّ a envoyé en miséricorde pour le monde entier, ainsi que sur sa Famille, ses Compagnons et ses Frères jusqu’au Jour de la Résurrection. Cela dit :

L’honnêteté et la probité exigent, de celui qui se charge de marier sa sœur, qu’il soit sincère envers le prétendant qui veut la demander en mariage, en lui indiquant l’obligation de chercher à satisfaire les parents. Le Prophète صلَّى الله عليه وسلَّم dit : « La satisfaction du Seigneur réside dans la satisfaction des parents, et la colère du Seigneur réside dans la colère des parents. »(1) Il doit l’informer, également, que le contrat de mariage ne peut être parfait que par la présence des deux parents ou de l’un d’eux à l’assemblée dans laquelle s’effectuera le contrat, afin d’être pieux et bienfaisant envers eux, et afin qu’il n’assiste pas le prétendant dans sa désobéissance à Allâh en désobéissant aux parents. Allâh عزّ وجلّ dit :

﴿وَتَعَاوَنُواْ عَلَى ٱلۡبِرِّ وَٱلتَّقۡوَىٰۖ وَلَا تَعَاوَنُواْ عَلَى ٱلۡإِثۡمِ وَٱلۡعُدۡوَٰنِۚ[المائدة: 2]

Sens du verset :

Entraidez-vous dans l’accomplissement des bonnes œuvres et de la piété et ne vous entraidez pas dans le péché et la transgression  ﴿ [s. Al-Mâ’îda (la Table Servie) : v.2]

De même, il doit l’inciter à mettre ses parents au courant de la vérité pour qu’il ne prenne pas part à leur désobéissance et à la dissimulation de la vérité, car l’entraide doit être dans l’accomplissement des bonnes œuvres et de la piété.

Pour terminer, il convient de souligner que si le contrat religieux de mariage est conclu, même en dissimulant la vérité aux parents, le mariage sera valable avec un manquement à l’un des droits de la piété filiale.

Le savoir parfait appartient à Allâh سبحانه وتعالى, et notre dernière invocation est qu’Allâh, Seigneur des Mondes, soit Loué et que prière et salut soient sur notre Prophète, ainsi que sur sa Famille, ses Compagnons et ses Frères jusqu’au Jour de la Résurrection.

 

Alger, le 4 Rabî‘ Al-Awwal 1427 H,
correspondant au 2 avril 2006 G.

 



(1) Rapporté par At-Tirmidhî (1899) et par Al-Hâkim dans Al-Moustadrak (7249), par l’intermédiaire de ‘Abd Allâh ibn ‘Amr رضي الله عنهما. Ce hadith est jugé haşane (bon) par Al-Albânî dans As-Silsila As-Sahîha (516).