Se marier avec un émigré qui veut revenir dans son pays | Le site officiel du Cheikh Mohamed Ali FERKOUS
Skip to Content
Lundi 14 Rabî` Eth-Thânî 1442 H - 30 novembre 2020 G



Fatwa n° 603

Catégorie : Fatwas relatives à la Famille - L'acte de mariage - L'établissement d'un acte de mariage

Se marier avec un émigré
qui veut revenir dans son pays

Question :

Une sœur pratiquante a été demandée en mariage par un homme qui réside dans un pays de mécréance. La sœur l’a informé qu’il est interdit de résider dans un tel pays. Cet homme lui a dit qu’il reviendra en Algérie, après qu’il aura terminé deux années de travail et pris sa retraite. Pourra-t-elle accepter de se marier avec lui et de l’attendre ou non ?

 

Réponse :

Louange à Allâh, Maître des Mondes ; et paix et salut sur celui qu’Allâh عزّ وجلّ a envoyé en miséricorde pour le monde entier, ainsi que sur sa Famille, ses Compagnons et ses Frères jusqu’au Jour de la Résurrection. Cela dit :

Cela dépend de la situation de la femme. Si elle est jeune et que les prétendants ne la négligent pas en général, je lui conseille d’être patiente jusqu’à ce qu’un homme pieux et ayant de bonnes moralités la demande en mariage car, celui qui a résidé longtemps dans un pays de mécréance ne dispose que de peu de savoir en religion et de sa pratique basée sur la bonne voie et la piété. Généralement, les mœurs et les particularités qui caractérisent les pays de mécréance se répercutent sur l’émigré. Aussi, il sera difficile à la femme pratiquante d’aboutir avec lui à une vie conjugale suivant le modèle qu’Allâh عزّ وجلّ agrée. Cet homme pourra, plutôt, avoir de l’impact sur sa foi et sa conduite avec le temps.

Néanmoins, si la femme est arrivée à un âge avancé où il est peu probable qu’un prétendant se présente à elle tandis que cet homme lui paraît sincère en voulant s’engager dans la pratique de la religion et manifester ses rites, dans ce cas-là, elle pourra consentir à l’épouser et l’attendre jusqu’à ce qu’il revienne du pays de la mécréance.

Le savoir parfait appartient à Allâh سبحانه وتعالى, et notre dernière invocation est qu’Allâh, Seigneur des Mondes, soit Loué et que prière et salut soient sur notre Prophète, ainsi que sur sa Famille, ses Compagnons et ses Frères jusqu’au Jour de la Résurrection.

 

Alger, le 20 Dhou-L-Hidjdja 1427 H,
correspondant au 9 janvier 2007 G.