Conseil à un [étudiant] qui hésite entre l’évolution dans la recherche de la science religieuse et le mariage | Le site officiel du Cheikh Mohamed Ali FERKOUS
Skip to Content
Mercredi 4 Rabî` El-'Awwal 1442 H - 21 octobre 2020 G



Fatwa n° : 618

Catégorie : Fatwas diverses - La science de la religion et les savants

Conseil à un [étudiant] qui hésite entre l’évolution
dans la recherche de la science religieuse et le mariage

Question :

Quel est le conseil que vous donnez à un étudiant en sciences religieuses, pour qui Allâh a accordé une bonne part [de connaissances] des disciplines [islamiques], telles que la mémorisation du Coran, l’acquisition d’une bonne partie de la science des fondements [de la jurisprudence] (Ousoûl Al-Fiqh), de la science du hadith et de la grammaire arabe (An-Nahw) et l’amour de l’étude des sciences islamiques s’est fait naître en lui. Or, ces derniers temps il a été placé dans des circonstances qui se sont interposées entre lui et son étude en sciences islamiques, parmi lesquelles il y a le fait que cet étudiant ait demandé la main d’une sœur, et – qu’Allâh soit Loué – il y a eu un accord et les choses se sont bien passées. Mais, on lui a exigé d’avoir un travail et une maison qui l’abritera lui et sa famille (femme). Et comme il ne vous échappe pas, à notre époque l’acquisition de ces choses est difficile dans notre pays. Ainsi, cet étudiant commença à penser à ce genre de choses qui a occupé son esprit et lui a causé des soucis. Quel est donc le conseil que vous lui donnez ? Doit-il s’orienter vers l’étude des sciences islamiques et renoncer à ce genre de choses ? Ou essayera-t-il de concilier les deux questions (la question du mariage et celle de l’étude) en limitant le temps consacré à l’étude en sciences islamiques ?

Réponse :

Louange à Allâh, Maître des Mondes. Paix et salut sur celui qu’Allâh a envoyé en miséricorde pour le monde entier, ainsi que sur sa Famille, ses Compagnons et ses Frères jusqu’au Jour de la Résurrection. Ceci dit :
Si l’étudiant en sciences religieuses est doté de caractéristiques qu’Allâh lui a accordées, telles qu’une perspicacité dans la compréhension, une force de mémorisation, une bonne conduite ainsi qu’une bonne intention, et que les gens de sa région aient besoin de la science religieuse grâce à laquelle ils établiront leur religion d’une façon plus accomplie et authentique, il incombe alors personnellement à ce [jeune] d’étudier les sciences religieuses et s’écarter de toute chose qui va l’en distraire. Il doit s’efforcer d’acquérir [cette science] et se dévouer dans son chemin. Car si la personne se consacre entièrement à l’étude des sciences islamiques, elle n’aura qu’une partie de ses sciences. [Il incombe aussi à cet étudiant] d’être sincère pour dissiper son ignorance et œuvrer selon les implications de son savoir, et dissiper aussi l’ignorance d’autrui. En effet, les portes du bien seront ouvertes pour celui qui est doté d’une intention pure pour l’étude [des sciences de la religion], et la vie d’ici-bas, contrainte, viendra à lui. Cependant, si cet étudiant ne trouve pas en lui-même les capacités qu’Allâh
سبحانه وتعالى a données spécifiquement pour certains de Ses serviteurs, sentant qu’il est incapable d’évoluer dans les sentiers de la science [religieuse] et de la perfection, il est certain que s’il réforme sa propre personne en acquérant une part suffisante de la science [religieuse] requise, il lui est permis de laisser [l’étude] pour des choses qui lui permettront de fonder une famille. Il se doit de choisir [la femme] qui l’aidera à préserver ses acquisitions en sciences religieuses, voire d’acquérir plus, s’il en est capable. La personne qui pose la question est plus connaisseuse de sa situation et elle est remise à sa foi dans le choix entre les deux voies.

Je demande à Allâh de le raffermir dans le droit chemin, et de bien le guider [à réaliser les choses] qu’Il aime et agrée ; Il est, certes, le Maître de cela et en est Capable.

Le savoir parfait appartient à Allâh سبحانه وتعالى, et notre dernière invocation est qu’Allâh, Seigneur des Mondes, soit Loué et que prière et salut soient sur notre Prophète, ainsi que sur sa Famille, ses Compagnons et ses Frères jusqu’au Jour de la Résurrection.

Alger, le 28 de Dhou Al-Hidjdja 1427 H
correspondant au 17 janvier 2007 G