Le jugement concernant l’acquisition de la nationalité pour une fin valable | Le site officiel du Cheikh Mohamed Ali FERKOUS
Skip to Content
Vendredi 18 Rabî` Eth-Thânî 1442 H - 04 décembre 2020 G

Fatwa n° 856

Catégorie : Fatwas des opérations financières – Les ventes

Le jugement relatif à l’acquisition de la nationalité
par l’achat mais dans un objectif juste

Question :

Est-il permis à une jeune fille d’acquérir par l’achat d’une nationalité d’un pays musulman pour étudier dans une école privée afin d’éviter les écoles mixtes ? Qu’Allâh vous rétribue du meilleur bien !

 

Réponse :

Louange est à Allâh, le Seigneur des Mondes ; que les prières d’Allâh et Son salut soient pour celui qu’Allâh a envoyé comme miséricorde pour les créatures, ainsi que pour sa famille, ses Compagnons et ses frères jusqu’au Jour de la Rétribution. Cela dit :

La nationalité n’est pas un objet destiné à la vente ou à l’achat, vu qu’elle entre dans le cadre de la réglementation générale. Si une personne ne peut renoncer sa propre qualification (capacité) ou l’augmenter, ou la diminuer après accord spécial et quel que soit l’accord, il ne peut, également, acquérir une nationalité par accord spécifique, et l’argent perçu par le biais de cette convention particulière est considéré comme du vol et de la corruption, car contraire à ce sens, nonobstant que cet argent prohibé et donné peut amener au changement dans les actes de naissance, de résidence et autres, afin d’aboutir à cet objectif. Chose qui donnera une dimension plus grande à cet acte de malfaisance, en agissant par ces méthodes illégales.

Par ailleurs, personne n’ignore que cet acte malhonnête, vu sous cet angle, équivaut ou surpasse la corruption générée par la mixité et on sait – par la règle générale – que «le mal ne peut être éliminé par un mal similaire». Assurément, le méfait ne disparaît pas sans provoquer un autre méfait et, à plus forte raison, quand il lui est supérieur, vu que le Prophète صَلَّى اللهُ عليه وآله وسَلَّم a dit : «Pas de nuisance, ni à soi ni à autrui.»(1) 

Cela étant dit, si l’objectif est légal et nécessaire, sa voie doit l’être aussi, car «la fin ne doit pas justifier les moyens

Le savoir parfait appartient à Allâh, et notre dernière invocation est qu'Allâh, Seigneur des Mondes, soit loué et que prière et salut soient sur notre Prophète, ainsi que sur sa Famille, ses Compagnons et ses Frères jusqu'au Jour de la Résurrection.

 

Alger, le 26 de Safar 1429 H,
correspondant au 23 février 2008 G.

 


(1) Rapporté par Ibn Mâdjah (2341), d’après le hadith rapporté par Ibn Abbas. An-Nawawî a dit dans le hadith n° 32 des Quarante hadiths An-Nawawiyya : «Il [ce hadith] a des voies qui se complètent.» Ibn Radjab a dit dans Djâmi‘ Al-Ouloûm Wal-Hikame : «Il [ce hadith] est tel qu’il l’a été dit.». Authentifié par Al-Albânî dans Al-Irwâ’ (408/3) n° 896.