Le jugement concernant le fait de passer la nuit à Mina le jour de Tarwiyyah et la prière du vendredisi elle coïncide avec ce jour-là | Le site officiel du Cheikh Mohamed Ali FERKOUS
Skip to Content
Mardi 15 Rabî` Eth-Thânî 1442 H - 01 décembre 2020 G

Fatwa n° 517
Catégorie : Fatwas relatives aux Hadj

 

Le jugement concernant le fait de passer la nuit à Mina le jour de Tarwiyyah et la prière du vendredisi elle coïncide avec ce jour-là

 

Question :

Est-il permis au pèlerin de passer la nuit à Mina le jour de Tarwiyah ?

Quand le jour de Tarwiyah tombe un vendredi, le pèlerin doit-il se diriger vers Mina ou rester à La Mecque accomplir la prière hebdomadaire ?

 

Réponse :
La Louange est à Allâh, Seigneur des mondes. Prière et salut sur celui qu’Allâh a envoyé en miséricorde pour l’univers, ainsi que sur sa famille, ses compagnons et ses frères jusqu’au Jour de la Rétribution. Cela dit :

Le jour de Tarwiyah (= étanchement de la soif) correspond au huitième jour du mois de Dhou-L-Hidjdja. Les Arabes l’ont ainsi baptisé parce que les pèlerins y buvaient de l’eau abondamment pour se préparer au rituel sacré du mont Arafat.

Les croyants qui effectuent le pèlerinage en Tamattou‘(1) et les habitants de La Mecque doivent, la matinée du jour de Tarwiyah, revêtir leurs ihram à partir de leurs domiciles, puis se diriger vers Mina.

Djâbir ibn ‘Abd Allâh rapporte : « S’étant désacralisés, le Prophète nous a ordonné de reprendre l’ihram à notre départ vers Mina. Nous entamâmes ainsi le pèlerinage d’un endroit appelé Al-Abtah. »(2) Nous trouvons aussi cette version du hadith : « Le jour de Tarwiyah, nous avons quitté La Mecque et commencé le rituel du pèlerinage »(3), et cette autre : « Le jour de Tarwiyah, les pèlerins se sont dirigés vers Mina et entamé le hadj. »(4)

Arrivé à Mina, le pèlerin accomplira, suivant la tradition du Prophète, chacune des cinq prières en son heure régulière et raccourcira celles composées de quatre rakaat. Bien que l’on puisse juger cette dernière pratique comme obligatoire vu le hadith : « Prenez-moi pour guide dans l’exécution des rites de votre pèlerinage »(5), les ulémas sont d’accord pour dire qu’elle est simplement recommandée (Moustahab).

« Le raccourcissement des prières n’est pas un acte imposé selon l’avis unanime des savants (ittifâq) », déclare Ibn Qoudâma(6). On rapporte encore qu’Ibn Al-Moundhir a admis l’absence de divergence sur cette question, car le jour de Tarwiyah, les gens restaient occupés à La Mecque jusqu’à la fin du jour. L’épouse de l'Envoyé de Dieu, Aïcha, y a été retenue jusqu’au deuxième tiers de la nuit. Le compagnon du Prophète, Ibn Az-Zoubayr, y a fait toutes ses prières.

Quand le jour de Tarwiyah coïncide avec un vendredi, deux cas de figure se présentent pour le pèlerin qui a le devoir d’accomplir la prière hebdomadaire à La Mecque :

– S’il y demeure jusqu’au milieu du jour (Az-Zawal), obligation lui est faite de ne pas la quitter avant d’assister à la prière, car il s’agit à l’égard du sédentaire (Mouqîm) d’une prescription légale (Wâdjib) qui prime la recommandation d’aller à Mina.

– Avant le milieu du jour en revanche, l’habitant de La Mecque a le choix entre partir à Mina ou rester chez lui accomplir la prière du vendredi.

On rapporte enfin que le calife Omar ibn Abd ‘Aziz avait coutume, pendant son règne, de quitter La Mecque pour Mina les jours de Tarwiyah correspondant à un vendredi(7).

Et le savoir est auprès d’Allâh et nous disons pour finir : la louange est à Allâh, le souverain des mondes, qu’Allâh honore et salue notre prophète Mouhammad, ainsi que sa famille, ses Compagnons et ses frères, jusqu’au jour de la résurrection.

 

Alger, le 28 de Rabî‘ Al-Awwal 1426 H,
correspondant au 6 mai 2005 G.

 


(1) Tamattou‘ : Pèlerinage où le fidèle est autorisé à se désacraliser après la ‘Oumra, avant de reprendre l’ihram du hadj. (NDT).

(2) Rapporté par Mouslim (1214), Al-Abtah, est un erg situé à égale distance de La Mecque et de Mina. Cf. : Marâsid Al-Ittilâ‘ d’As-Safiy Al-Baghdâdî (1/17).

(3) Rapporté par : Al-Boukhârî (3/506) de façon Mou‘allaq et Mouslim (2944), d’après ‘Abd Allah ibn Djâbir رضي الله عنه.

(4) Rapporté par Mouslim (2950), d’après ‘Abd Allâh ibn Djâbir رضي الله عنه.

(5) Rapporté par : Al-Bayhaqî (9524) et Mouslim (1297).

(6) (3/406).

(7) Cf. : Al-Mousanaf d’Ibn Abî Chayba, (3/252).