De la spécification du 3e jour de la naissance pour inviter les femmes | Le site officiel du Cheikh Mohamed Ali FERKOUS
Skip to Content
Samedi 14 Dhou El-Hijjah 1442 H - 24 juillet 2021 G

Fatwa n° 796

Catégorie : Fatwas relatives aux Boissons et aux Aliments - Aqîqa

De la spécification du 3e jour
de la naissance pour inviter les femmes

Question :

Est-il permis de consacrer spécialement le 3e jour après l’accouchement à l’invitation des femmes ? Et quel est le jugement concernant les coutumes, que les femmes pratiquent à notre époque le 7e jour, par exemple : laver le nouveau-né, mettre des roses et de la cire dans son eau de toilette en signe de bon augure ?

Réponse :

Louange à Allâh, Maître des Mondes ; et paix et salut sur celui qu’Allâh عزّ وجلّ a envoyé en miséricorde pour le monde entier, ainsi que sur sa Famille, ses Compagnons et ses Frères jusqu’au Jour de la Résurrection. Cela dit :

L’invitation des femmes au banquet de la ‘Aqîqa et spécifier cela au troisième jour constitue un acte dont l’autorisation est inconnue dans la charia. De même pour ce que font certaines femmes pendant le septième jour : elles lavent le nouveau-né, lui mettent les fleurs et la cire et ainsi de suite parmi les actes qui n’appartiennent pas à la religion et qui, probablement, sont issus des coutumes des chrétiens et de leurs congénères. Le Prophète صلَّى الله عليه وسلَّم dit : « Quiconque accomplit un acte qui n’est pas conforme à notre voie, [celui-ci] sera rejeté.»(1) Ce genre de spécification est classé parmi les hérésies. Toute hérésie est égarement, et tout égarement mène au feu de l’enfer.

Le savoir parfait appartient à Allâh سبحانه وتعالى, et notre dernière invocation est qu’Allâh, Seigneur des Mondes, soit Loué et que prière et salut soient sur notre Prophète, ainsi que sur sa Famille, ses Compagnons et ses Frères jusqu’au Jour de la Résurrection.

 

Alger, le 9 de Rabi‘ Al-Awwal 1428 H
correspondant au 28 mars 2007 G.

 


(1) Hadith unanimement jugé sahîh (authentique) par Al-Boukhârî (2697) et Mouslim (1718), d’après ‘Â’icha رضي الله عنها.